..::e-Weborg Blog::..

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 28 avril 2017

Notre-Dame-des-Landes : au cœur de la ZAD

lundi 24 avril 2017

Erections piège à cons

Guy se retourne dans sa tombe.

Quelques cartes

Carte du vote FN en 2002
Vote FN 2012.

Vote FN en 2017
Vote FN 2017
Inégalités pauvreté FN
Indice synthétique

Vote FN 2012 Vote FN 2012

L'analyse de Pierre Rosenvallon : "Nous assistons aujourd'hui au passage d'une démocratie des partis à une démocratie des leaderships." "Il faut trouver d'autres institutions de représentations de la volonté et de l'intérêt général." "Le déclin de cette fonction de représentation des partis traduit une crise de connaissance de la société elle-même." Pierre Rosanvallon, La Grande Table.

carte resultats 2017 1er tour

Résultats 2017 (premier tour)

Et maintenant pourquoi ? L'analyse

Merci André Siegfried, pour la cartographie électorale.

samedi 4 mars 2017

Vu là

#(Pialat : Lieuban)

lire la suite

samedi 25 février 2017

La mondialisation est-elle intelligible ?

source

samedi 3 octobre 2009

A l’automne 2008, il aurait fallu nationaliser tout le système bancaire

De plus en plus concentré, le système bancaire qui émerge de la crise est encore plus dangereux que le précédent, estime cet économiste pas comme les autres, qui explique dans la première partie de cette interview pourquoi il ne faut rien attendre du G20 de Pittsburgh. Pour Frédéric Lordon, l'unique solution passe par une refonte totale de tout le cadre de la finance internationale.

Frédéric Lordon - Léa Crespi pour Télérama

lire la suite

Enfin un économiste qui parle clair ! (2/2)

LE MONDE BOUGE - L'analyse de la crise financière par Frédéric Lordon est assez éloignée du discours dominant véhiculé par les médias. Dans la deuxième partie de l’entretien qu’il nous a accordé, cet économiste radical passe en revue les mesures prises par les gouvernements pour lutter contre la crise, propose ses solutions et avoue espérer une… crise politique majeure, seule susceptible de réformer le système en profondeur.

lire la suite

jeudi 15 janvier 2009

Monsieur le président par Eva Joly

LE MONDE | 15.01.09 | 13h53

• Mis à jour le 15.01.09 | 17h31

Supprimer le juge d'instruction ne constitue pas une simple réforme de notre système pénal, mais porte atteinte au plus haut de nos principes, celui de la séparation des pouvoirs et de l'indépendance de la justice à l'égard du pouvoir politique. Votre discours ne mentionne aucune garantie d'indépendance pour les enquêtes. Ce silence, dans un domaine qui constitutionnellement vous échoie, porte la marque du stratagème politique.
Mais le verbe haut et toute la rhétorique du monde ne suffiront pas pour convaincre les Français qu'un parquet soumis aux instructions du ministre constitue une meilleure garantie pour le justiciable qu'un juge indépendant. Vous affirmez que notre pays est marqué par une tradition de "rivalité" entre le politique et le judiciaire. La rivalité n'est pas du côté des juges, elle est le fruit de la peur des politiques.
Vous pensez que la légitimité politique prime sur tous les pouvoirs. Or c'est précisément pour contenir le désir de toute-puissance qui s'empare naturellement des gouvernants que les Lumières ont forgé le concept de séparation des pouvoirs. John Locke l'a observé justement : "C'est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites." Il ne fait pas bon en France incarner une de ces limites. Plus d'un magistrat en France peut en témoigner.

Qui peut encore croire que le juge d'instruction est "l'homme le plus puissant de France" ? Certainement pas vous, Monsieur le président. L'homme le plus puissant de France, c'est vous. Vous avez le pouvoir de faire saisir un tribunal arbitral qui attribue 285 millions d'euros à un de vos soutiens. Vous avez le pouvoir de déguiser une grâce individuelle à un préfet dévoyé en grâce collective.

LE SPECTACLE DE L'IMPUNITÉ

A de rares exceptions, en matière financière, il n'y a plus que des enquêtes préliminaires, et des dossiers bouclés dorment dans les tiroirs. La liste des enquêtes non effectuées est impressionnante : les soupçons de corruption à l'encontre de Christian Poncelet, ex-président du Sénat ; les flux financiers allégués de Jacques Chirac au Japon ; les fortunes apparemment mal acquises des présidents africains placées en France ; le rôle supposé de la BNP Paribas dans les montages corrupteurs au Congo-Brazzaville et Congo-Kinshasa.
La justice aurait dû enquêter pour crever l'abcès. Elle ne l'a pas fait, laissant se répandre le poison du soupçon et le spectacle de l'impunité. Une justice dépendante, c'est une justice qui n'ouvre pas d'enquête lorsque les faits déplaisent au pouvoir. Rappelez-vous du massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961. Il n'y eut jamais aucune enquête ! Aucune condamnation ! Parce que le parquet ne le jugea pas opportun.

Est-ce cette face-là de la justice qu'il faut faire ressortir au XXIe siècle ? Le juge d'instruction est le fruit de notre histoire. Il n'existe pas ou a disparu en dehors de nos frontières. Il peut évidemment être supprimé, mais à condition que sa disparition entraîne davantage de démocratie et non davantage d'arbitraire. Peu importe qui mène les enquêtes pourvu que les magistrats soient préservés des pressions ; pourvu que les investigations puissent être conduites, ne soient pas étouffées dans l'oeuf.
Vous voulez confier les enquêtes au parquet ? Cela se peut, mais il faut alors rendre le parquet indépendant de votre pouvoir, ce qui, vous en conviendrez, n'a guère été votre choix. Les contempteurs des juges d'instruction affirment qu'il est impossible d'instruire à charge et à décharge. Si le parquet enquête, il héritera du même dilemme. A moins que vous n'ayez l'intention d'accorder aux avocats un pouvoir d'enquête... Non seulement la justice sera aux ordres, mais elle deviendra inégalitaire, à l'image de la justice américaine.

En somme, vous aurez pris le pire des deux systèmes : l'arbitraire et l'inégalité. Face à un projet qui foule aux pieds l'idéal de 1789 d'égalité des citoyens devant la loi, face à une réforme qui risque de transformer notre pays en République oligarchique, à la solde de quelques-uns, j'appelle les Françaises et les Français épris de justice à la mobilisation contre votre projet.

Eva Joly, ancienne magistrate Article paru dans l'édition du 16.01.09.

A la une Copyright Le Monde.fr 2009

mardi 22 juillet 2008

American socialism

[...]We haven't suddenly become socialists. What taxpayers need to understand is that Fannie and Freddie already practice socialism, albeit of the dishonest kind. Their profit is privatized but their risk is socialized. We're proposing a more honest form of socialism, with the prospect of long-term reform.[...]

The Wall Street Journal

mercredi 19 septembre 2007

Open bar

La FED avec un taux d'intérêt à 4.75%. Du liquide à foison.

mercredi 29 août 2007

Crochet Rouge

(#Tekno Keuf)

http://lachss.com/index.html

Aucun souci à vous faire la technologie s'occupe de vous, notamment le Bureau fédéral d'investigation en capacité d'écouter, d'intercepter, et de localiser tout type de communication électronique avec un logiciel sucesseur de carnivore, le crochet rouge. (via Wired, et Electronic Frontier Foundation (EFF)).

D'autant que les néocons, dont celui qui vient d'être élu, nous préparent un show dont ils ont le secret.(via Les nouvelles sophistiquées qui cherchent la vérité (c'est un peu long mais vaut le détour).

mercredi 15 août 2007

Flation

Hein ? (bis)

billet de banque

lire la suite

jeudi 9 août 2007

090807

Six, cinq, quatre, trois, deux, hein ? (Credit crunch (craquement de degré de solvabilité))

Credit Crunch Losers and Winners

lire la suite

mercredi 1 août 2007

Echos

Jour de Fête, de Jacques Tati

Deux chroniques des échos, dont on ne connait toujours pas le sort (alors Pearson ?), sur la conjoncture boursière de ces derniers jours. Dès qu'il est question d'immobilier et d'argent, il est souvent question d'américains (Jour de fête, de Jacques Tati), et de chinois (et moi et moi). Mais ces derniers ont le temps pour eux, ou ce qu'il en reste, autrement que des bonnes nouvelles, ce sont les vacances, surtout ne pas les gâcher avec des histoires de météo, c'est juste bon pour les paysans.

dimanche 1 juillet 2007

Une France de propriétaires ?

Archives du Grain à moudre sur FCul

jeudi 31 mai 2007

Eva Joly sur les Matins de FCul

Archives